Bibliothèque sur demande

Voyages et découvertes : les envies d’ailleurs d’un bartender

Monica Berg profile

L’un des plus grands privilèges de ma vie a été de pouvoir voyager dès mon plus jeune âge, et dès lors, j’ai toujours été attirée par l’inconnu, que ce soit les saveurs, les lieux et surtout es gens. Je me souviens d’avoir passé plusieurs étés à explorer les fjords du sud de la Norvège. Je me rappelle encore parfaitement le jour où j’ai appris à récolter des moules (je me souviens aussi que l’eau était glacée), je me souviens aussi de la première fois que j’ai goûté au parmesan (j’avais 9 ans, et je n’ai PAS aimé ça) et je me souviens de la première fois où je suis allé dans un endroit où je ne comprenais pas pourquoi les choses étaient différentes de ce à quoi j’étais habitué, culturellement, politiquement et de manière générale. J’avais alors 15 ans, et depuis, j’ai toujours ressenti ce frémissement, ce désir de voyager et d’explorer, de me sentir perdu dans un endroit inconnu, parfois même mal à l’aise.

Au fil des ans, être bartender m’a permis de voyager partout dans le monde, de voir plus que la plupart n’en verraient en une vie, et ces expériences sont à mes yeux les moments les plus précieux de ma vie. Pendant la pandémie, plus que tout, cela m’a fait comprendre à quel point j’avais de la chance, et à quel point ces voyages ont influencé mon travail de bartender, et ont façonné la femme que je suis aujourd’hui. Le fait ne pas pouvoir voyager m’a fait comprendre à quel point ça me manquait d’aller dans un endroit que je n’avais jamais visité, de goûter de nouveaux plats, ou de découvrir des choses complètement inconnues et surprenantes.

Cela m’a fait penser à toutes les personnes formidables que j’ai eu la chance de rencontrer, aux beaux endroits que j’ai visités, et cela m’a donné envie de partager certains de ces moments avec vous tous. Dans le désordre, voici quelques-uns de mes moments préférés de la dernière décennie.

Voyager dans l’État de l’Oaxaca était absolument merveilleux. Je me souviendrai toujours de ce moment, parce que c’était le moment exact où j’ai pris conscience de l’importance de l’instinct et de l’expérience. L’image que j’en garde renferme tellement de connaissances, de traditions et de patrimoine (pas grâce à moi, mais « ceux qui savent, savent », comme on dit).

Il y a tellement de choses à dire sur Séoul, et pour des raisons évidentes, j’aurai toujours un lien spécial avec cette ville, mais ce plat représente à mes yeux la découverte plus que toute autre chose. Le plat s’appelle Mul Naengmyeon, et c’est un plat de nouilles froides servi avec du bouillon de bœuf (glacé) et du kimchi à l’eau de radis. La première fois que je l’ai goûté, j’ai été abasourdi par cette association et les sensations, et c’est toujours l’un de mes plats préférés !

Si mon âme avait un foyer, ce serait le Pérou. J’adore ce pays, c’est un endroit qui a tant compté pour moi au fil des ans. On me voit ici dégustant un « apéritif » local, du masato, dans une communauté non loin de Tarapoto. Le Masato est une boisson locale à base de yucca qui est bouillie, mâchée puis laissée quelques jours à fermenter, mais ce qui la distingue, c’est qu’elle est mâchée avec une baie locale, ce qui lui donne une note de fraise caractéristique.

Mon premier voyage à Kuala Lumpur et l’ananas de mes rêves. Je n’y ai passé que 56 heures, mais j’ai adoré la force et l’intensité des saveurs ! Je rêve déjà d’y retourner, les marchés à eux seuls en valent la peine !

Je n’ai jamais été une grand amatrice de thé, jusqu’à ce moment à Taipei. C’était la première fois que je goûtais du thé Oriental Beauty, et la première fois que j’ai vraiment compris le rituel du thé..

L’expression « les arbres cachent parfois la forêt » a pris tout son sens. Ce beau morceau de beurre de baratte de Fannremsgården à Trønderlag m’a fait retomber amoureuse de toutes les merveilleuses saveurs régionales et traditionnelles de la Norvège.

Retour au Pérou, cette fois à la montagne. Sur cette photo, je trinque avec une tasse de chicha dans la Vallée sacrée : une boisson fermentée traditionnelle et encore un lieu magique. (Ce que l’image ne vous dira pas, c’est d’écouter de la cumbia tout en sirotant votre apéritif).

Ne me jugez pas, mais c’est mon « pickling shop » favori ! Je l’adore et chaque fois que je vais à Istanbul, j’y vais avant toute autre chose ! L’endroit est formidable, si vous y allez, prenez un verre de tout ce qui est épicé, vous me remercierez après.

Dernier lieu, mais non des moindres : je conclus cette liste avec l’une de mes visites préférées : il y a quelques années, avant d’aller à Tales of The Cocktail à la Nouvelle-Orléans, nous nous sommes arrêtés à Avery Island, où est né le Tabasco. C’était une expérience surprenante, parce qu’en découvrant les étapes de la production, j’ai compris que c’était en réalité un produit fait main, mais parce qu’on voit le Tabasco partout, je pensais que c’était une production industrielle. Voici le tonneau qu’ils ont ouvert pour qu’on goûte, et ce moment a intensifié pour toujours mon amour du Tabasco (en particulier le Raspberry Chipotle).

J’attends avec beaucoup d’impatience mon prochain voyage à la Nouvelle-Orléans pour aller à Tales of the Cocktail, et pour présenter notre premier épisode de Perspectives aux États-Unis. Mais si vous ne pouvez pas nous rejoindre en personne, restez à l’affût de nos updates quotidiens ici ou suivez-nous sur Instagram pour recevoir des informations en temps réel. À bientôt dans les stories Instagram !